25/01/2018

Les Îles Lofoten en Norvège

Par Frédéric Forzini

C’est au mois de Juin que nous  décidons de partir une semaine en Norvège aux iles Lofoten.
Je conseillerais de s’y  prendre bien plus tôt, surtout pour l’avion !



Mon ami Mickael et moi-même parvenons tout de même à faire coïncider nos billets d’avion avec une location bateau + maison. Nous arrivons sur notre ile au large des Lofoten au bout d’une grosse journée de voyage bien fatigante. Malgré tout, nous préparons le matériel très sérieusement.


Les cannes

Ma première canne est une KGS 74H avec un saltiga 4500 équipée d’une tresse Gosen  PE5, bas de ligne gamma fluoro 74/100. Elle est destinée à la pêche des vifs.



On avait pas prévu de prendre de si gros poissons en pêchant les vifs, la KGS 74H fera quand même le travail

Ma deuxième canne est une KOZ expédition S76BTH avec un stella 20 000 équipée d’une tresse Gosen PE6, bas de ligne gamma fluoro 89/100.


La KOZ Expédition 76BTH avec un poisson de seulement 13KG


Les leurres

Les Leurres souples :

Tête 200 et 300 gr pour les leurres souples SMITH bien sûr ! Nous avons  sélectionné les BANDIT SHAD 230mm  coloris 105-107-109-114 mais aussi des PIG SHAD 230mm même coloris.



Les Jigs : 

Métal forcast 85gr


Mejiyumé 210gr


Les postes recherchés :

A 7h00 du matin nous sortons du petit port afin de rejoindre la pleine mer. C’est vraiment très stressant il y a des hauts fonds et des ilots partout , un vrai labyrinthe. Les spots de pêche intéressants se situent à environ 30 min de bateau et la mer bouge !

Nous recherchons sur la carte du sondeur des hauts fonds, nous repérons rapidement une zone avec des patates rocheuses isolées qui remontent à environ 15 mètres au milieu d’un plateau de 60m de fond. On peut même les repérer à l’œil nu, le courant est tellement puissant que la mer y est souvent plus agitée ou plus calme  avec de gros remous.
Le sondeur nous signale des poissons en grande quantité.
Il faut mettre le moteur au point mort et attendre de voir dans quelle direction se fait la dérive. Il suffit ensuite de positionner le bateau afin de faire une dérive qui passe sur le haut font.


Animation :

Pêche en verticale uniquement

Au leurre souple :
Laisser descendre jusqu’au fond, décoller le leurre d’1 ou 2 mètres, et le laisser agir le courant (3 nœuds ), l’effet de rolling ainsi que l’appel du paddle feront le reste.

Nous surveillons le sondeur en permanence, car la dérive est extrêmement rapide ( 2 à 3 nœuds) :
- Lorsque nous remontons sur le haut fond, il faut régulièrement remonter son montage, à toute vitesse ( 10 m en une fois) . Cette animation à pour but d’éviter d’accrocher le fond mais déclenche également de nombreuses attaques de cabillauds.

- Lorsque nous redescendons du haut fond il faut au contraire relâcher du fil afin de reprendre contact. La dérive s’occupe de décoller le montage.

Au jig :

- Le métal forcast 85gr est bien trop léger, il ne permet pas d’atteindre le fond . De plus il est systématiquement intercepté à la descente par des petits lieux noirs de 1 à 3kg.

- Le Mejiyumé 210gr est parfaitement adapté .Personnellement, je le laisse descendre en le retenant un peu, en serrant légèrement la tresse entre les doigts. Ainsi, sa descente est plus verticale et moins attractive, donc moins souvent interceptée par des petits poissons lors de la descente. Monté avec un teaser il nous permet d’attraper des vifs mais se révèle également très efficace sur les gros lieux noirs et cabillauds. Petit regret de ne pas avoir pris dans ma valise le 300gr !

Beau cabillaud pris au jig méjiyumé 210gr


Les poissons recherchés

Le cabillaud :
La taille moyenne se situe autour de 9kg avec quelques petits poissons de 5kg et les plus gros de 15kg. Nous avons tout de même décroché quelques poissons bien plus gros.
Ils sont souvent localisés sur les tombants. Lorsqu’on les trouve et qu’ils sont actifs, les prises se succèdent tellement qu’on hésite à laisser descendre son leurre sans s’être un peu reposé les bras. Les gros sujets répondent bien au vif.

Un des nombreux cabillauds pris au leurre souple
Le lieu noir :
La taille moyenne se situe autour de 5kg avec des petits poissons de 1kg et des  gros de 15kg. Certains gros poissons isolés ont pu nous surprendre mais ils sont souvent rassemblés en gros bancs sur les hauts fonds en plein courant. Ils sont très combatifs, un véritable régal.

lieu noir de 15 kg
Gros lieu noir pris au bandit shad


Le flétan :
Pendant notre séjour la taille moyenne s’est  située à 45kg (de 35kg à 65kg). Nous n’en avons pas pris beaucoup mais des gros. Nous les avons pêché principalement au vif ( lieu noir d’1 à 2 kg),plombé à 600gr.

Beau flétan pris au vif


Flétan de 65kg

En conclusion

Je conseillerais de faire un séjour de courte durée (une semaine). Il ne fait jamais nuit à cette saison, on peut donc pêcher tout le temps. Par contre, les montages sont lourds et le courant puissant, la remontée du seul leurre demande déjà des efforts, alors avec un poisson ….

Le corps est mis à rude épreuve, penser à préserver votre dos lors des nombreux combats.
Enfin, profitez de l’étale haute ou basse de la marée pour vous reposer, la pêche n’est vraiment pas productive à ce moment là.

24/01/2018

Présentation de Gillen JAURY

Par Gillen JAURY



Je m’appelle Gillen JAURY, ai 26 ans et suis originaire du Pays Basque. Passionné de pêche depuis mon plus jeune âge, mes déplacements à travers la France m’ont amenés à me confronter à différentes espèces de poissons, à prospecter des milieux très variés et surtout, à appliquer les techniques permettant de prendre du poisson, où qu’il se trouve. Installé en région parisienne, je pratique aujourd’hui une pêche sportive, dynamique et respectueuse des milieux, en veillant à préserver les ressources piscicoles. J’ai une sensibilité particulière envers l’environnement et le monde sauvage et c’est cette passion qui m’a amenée à mon métier actuel de gestionnaire d’espaces naturels.



Depuis quelques années, j’ai délaissé les autres techniques pour me concentrer uniquement sur la pêche aux leurres. Je trouve fabuleux de pouvoir tromper des prédateurs avec des bouts de plastiques auxquels nous donnons vie !

 Je me qualifie aujourd’hui de pêcheur multi espèces opportuniste et j’ai depuis 4 ans renoué avec mon poisson d’origine, à savoir la truite. Je la cherche désormais aussi bien dans les gaves Pyrénéens que sur les cours d’eau Normands, et ai développé une véritable passion pour le bait finess, technique que j’utilise dans la quasi-totalité de mes sorties à la recherche de cette espèce.



Intégrer la famille SMITH est une opportunité pour moi de combiner mes deux aspirations qui sont la remise en question perpétuelle pour prendre du poisson quelque soit les circonstances rencontrées et participer au développement d’une pêche moderne, soucieuse de l’environnement.

La pêche est l’occasion de rencontres et d’échanges entre des personnes passionnées. Cette valeur qu’est le partage me tiens particulièrement à cœur car ma technique ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui sans les personnes qui ont pris le temps de me faire part de leur expérience.
J’espère donc à mon tour pouvoir vous transmettre un peu de mon savoir !

Gillen JAURY

Présentation de MASSE Bertrand

Par MASSE Bertrand


Originaire de Haute-Marne (52) et toujours résident de ce département rural,

C'est aujourd'hui à 30 ans, que je fais de ma passion qu'est la pêche, mon métier, en devenant Moniteur/Guide de pêche.



Amoureux de technique toujours plus fine et du partage de connaissances au bord de l'eau, j'accueille tous les amoureux et désireux d'escapades rurales en Haute-Marne, lors de journées ou séjours guidage tout compris (truites et brochets), avec hébergements dans un ancien Moulin rénové possédant son propre parcours privé de 1ère catégorie. Le rêve pour la pêche aux leurres entre grands lacs et rivières !

https://www.youtube.com/watch?v=rf05mfuPr6c&t=2s


Étant une personne passionnée aimant donner de son temps, je ferai au mieux pour rendre votre visite inoubliable et vous proposer un matériel haut de gamme et des conseils de qualités grâce au partenariat de la famille Smith qui m'ouvre ses portes et sa confiance. Un très grand merci à Olivier Meurant et toute l'équipe. Je suis ravi de pouvoir faire partager mes heures passées au bord de l'eau au travers ce blog par pure passion de la pêche et de ses techniques.


Let's rock, let's fish !


MASSE Bertrand
Guide de pêche en Haute-Marne
« Truites et Brochets aux leurres »
www.massefishing.fr

22/01/2018

Présentation de Marjorie MOSA

Par Marjorie MOSA



Originaire de la région stéphanoise, j’ai commencé à pêcher au coup quand j’étais minot avec mon père et mon grand-père. Mais avec les études et l’avancée dans la vie d’adulte, j’ai mis de côté cette pratique. En rencontrant, il y a 3 ans, mon compagnon mordu de pêche,  je me suis initiée à la pêche aux leurres. Depuis, c’est devenu une passion et, quel plaisir de pouvoir le partager en couple.

Actuellement en Haute-Garonne, j’ai la chance d’avoir des courts d’eau très propice à nos belles dames mouchetées. Espèce que j’affectionne tout particulièrement.  Mais j’aime aussi prospecter à la recherche des autres carnassiers.

Adepte du no-kill et de la protection  du poisson, j’ai pris le parti, l’année dernière, d’équiper tous mes leurres truites avec des hameçons simples ; permettant ainsi aux cadeaux que Mère Nature me fait, de repartir dans leur milieu dans de meilleures conditions.




Je remercie SMITH de la confiance qu’ils m’accordent en m’accueillant dans leur belle famille.
Au plaisir de vous rencontrer au bord de l’eau et de partager avec vous notre passion dans le respect et la protection de celle-ci.

« We aim to please Mother Nature »

 Marjorie MOSA

08/01/2018

Méditerranée : loups d'automne

Par Laurent Renard

Le Zipsea Pen est devenu une référence pour la pêche du loup, notamment en étang salin comme ici.

L'automne est considéré, souvent à juste titre comme une des meilleures périodes de la saison par les pêcheurs de loups.
En effet, les conditions y sont souvent idéales pour pouvoir leurrer ces poissons : vent, température, pression atmosphérique, comportement des poissons...
 
Un beau loup de plage pris au Jib 110


Loup de roche pris sur un Saruna 125

Cette année, nous avons encore été gâtés : les conditions ont souvent été optimales en étang, tandis qu'en plage et en côte rocheuse, quelques créneaux bien choisis permettaient de toucher de jolis poissons.


La nuit, la pêche du loup entre dans une autre dimension.



 Flash J Grub 4,5"

La pêche de nuit a été particulièrement bonne notamment au mois d'octobre. Cette pêche particulière demande une certaine capacité d'adaptation dans un environnement où l'on ne voit quasiment plus rien. Tout se joue alors à l'ouïe pour repérer les chasses, à la sensibilité pour ressentir la force du flux et du reflux (auxquels il faut adapter la vitesse de récupération du leurre), à la discrétion aussi...
 
Poisson frisant la barre des 70 cm sur Jib 110

Jib 110 : une arme redoutable de nuit, même si la mer n'est pas formée.

Poisson pris au Flash J Shad 4"


Le Cherry Blood SR90 SS est bien adapté aux pêches nocturnes.
Encore un poisson ayant succombé au Cherry Blood SR90 SS (slow sinking)
Les poissons pris en étang sont bien plus accessibles au pêcheur pour plusieurs raisons :

- les densités sont bien plus élevées qu'en plage ou qu'en côte rocheuse
- les individus sont souvent de tailles plus modestes, et sont donc moins aguerris aux leurres de toutes sortes
- il est possible d'en prendre dans quasiment toutes les conditions
- ces poissons pardonnent beaucoup d'erreurs au pêcheur, notamment en pêchant depuis une embarcation

Voici un petit florilège de poissons des lagunes :

Joli poisson d'étang pris par Roman en buzzing sur sa Bayliner

Jib 90


Mister Jack dans ses oeuvres
 

 
 
 
Cherry Blood LL90S
Zipsea Pen
 
Le Jib 90 est toujours un bon recours quand les conditions sont délicates.
 
Le Cherry Blood 70 Drift TL qui nage en surface ou juste en-dessous fait souvent la différence.

Le Flash J Shad a été complètement engamé par ce poisson.
Cherry Blood SR90 SS
Les poissons de côte rocheuse se méritent. Les conditions de pêche y sont souvent difficiles en raison du vent et d'une mer démontée. C'est dans ces conditions que l'on prend généralement les plus beaux poissons.

Combat intense sur la Dragonbait Seabass pour venir à bout de ce loup de roche
Un superbe spécimen pris au Flash J Shad 5"
Pour finir, une excellente nouvelle pour les fans du Jib 90 pour les pêches de nuit : le modèle jaune citron est à nouveau disponible sur le catalogue 2018 ! J'en connais qui seront ravis !

Le Jib 90 jaune est démoniaque de nuit !
Désormais, je vais me tourner vers les sandres ou les calamars pour mes pêches de janvier. Le sandre a bien des points communs avec le loup, ce qui rend sa pêche très intéressante et très addictive aussi. Notamment, son regain d'activité au crépuscule...

Les coloris "flashy" sont souvent efficaces sur les sandres

Un beau poisson pris sur un Deepthy Do.

Je vous souhaite à toutes et tous une excellente année 2018 ! Que cette nouvelle année vous apporte la réussite, la santé et beaucoup de bonheur !
Un grand merci à Jacques et à Roman pour les photos ainsi qu'à tous ceux avec qui j'ai pu partager des moments au bord de l'eau cette année.