10/05/2017

SURGER & SUPER SURGER les incontournables pour le thon

Par Benjamin JACQUOT



Le Surger est probablement à la pêche des poissons pélagiques sur chasse
ce que le D-contact est à la pêche de la truite,
UN INCONTOURNABLE !
Super surger 80

J’entends souvent dire de la pêche sur chasse qu’il suffit de lancer un leurre au milieu de la marmite et c’est bon ! Il faut bien reconnaitre que c’est parfois le cas et, dans ces conditions, tous les leurres sont bons… Il serait même difficile d’en apprécier la qualité et les performances.

 Gerbe d’eau créée par un thon rouge en chasse

Mais, ceux qui la pratique régulièrement, savent à quel point ces poissons sont beaucoup plus malins et difficiles à leurrer qu’il n’y parait. Il est donc essentiel d’utiliser des leurres véritablement efficaces et de confiance. Aussi, c’est avec le temps que les Surger, leurres imitatifs par excellence, sont devenus pour moi des incontournables et ont gagné toute ma confiance.
Initialement destinés à la pêche du bar, les Surger ont rapidement trouvé une place de choix dans la boite des pêcheurs de thonidés. En effet, les résultats obtenus sur chasse grâce à ces leurres sont exceptionnels et méritent que l’on s’y intéresse… Je vais donc vous parler de ce leurre ou plutôt de cette famille de leurre et des possibilités d’utilisation qu’ils nous offrent lors de la pêche des pélagiques sur chasse.

La famille des SURGER au complet !*
*Nous ferons abstraction des troutin surger dont nous ne parlerons pas ici.

Commençons par un petit rappel des membres de la famille SURGER présents sur la photo et qui sont les fiers représentants de la gamme :
En haut, le Magnum Surger 120, c’est le plus grand et le plus lourd de la famille avec 12 cm et 52 g.
Le rose en dessous (coloris # 07) est le représentant des Super Surger 100 avec 32 gr pour 10 cm. C’est clairement le plus polyvalent de la gamme !
Juste en dessous encore, le Surger 100, un peu plus léger avec 28 gr au compteur
Enfin, le petit dernier de la bande, le Super surger 80 avec 8 cm pour 17.5 gr n’en reste pas moins un grand leurre.
Avec une plage de taille allant de 8 cm à 12 cm, les Surger couvrent ainsi l’essentiel des gammes de taille dont nous avons besoin. En effet, lorsque les bonites et les thons chassent, ils sont souvent focalisés sur une taille de proie bien spécifique dont il convient de se rapprocher au maximum pour espérer déclencher des attaques. En ce sens, la déclinaison en 3 tailles de ce leurre est vraiment intéressante puisqu’elle nous permet de coller au plus près de la réalité.

Que ce soit sur les chasses de thons ou de bonites, je les utilise dans presque toutes les conditions de pêche, que les chasses soient furtives ou bouillonnantes, par mer d’huile ou démontée, j’ai toujours obtenu des résultats très corrects et réguliers. Cependant, dans les conditions difficiles qu’il révèle tout son potentiel. Je ne compte plus le nombre de sorties sauvées grâce à ce leurre.

Seront donc utilisés :
Pour le thon* les modèles en 10 cm (Surger 100 et Super Surger 100) et 12 cm (Magnum Surger 120)
Pour les bonites (thonines, bonitous et pélamides), seront privilégiés les modèles en 80 mm (super surger 80) et 100 mm (Surger 100 et super surger 100).
 *le surger 80 étant trop léger (17.5gr) pour être lancé avec un ensemble de 50lb ou plus…


L’atout de ce leurre est véritablement dans sa morphologie qui imite parfaitement celle des anchois et sardines dont se nourrissent les prédateurs. Cependant, un leurre n’est pas efficace parce qu’il est beau et c’est dans les détails qu’il se démarque. Avec une face ventrale aplatie et un équilibrage judicieusement calculé, il est à la fois d’une simplicité d’utilisation déconcertante et un leurre technique avec de multiples possibilités d’animation.
Si les possibilités d’animation sont multiples et variées, je vais vous présenter trois style d’animations que j’affectionne particulièrement :
Le « Twitching »
La première animation que je pratique régulièrement est le lancer ramené avec « twitch ». Les « twitch » du verbe anglais « to twitch = tressauter, trembler » sont des petits mouvements secs, répétés et rapides du scion. Ils vont désaxer légèrement le leurre et lui donner une nage saccadée qui a pour effet d’imiter un poisson fourrage en fuite blessé !
Il ne faut pas hésiter également à varier la vitesse de récupération et à effectuer de très courtes pauses lors de la récupération.

Conseil d’armement : Dans ce cas de figure, les Surger peuvent être armés avec des triples ou des simples.

Le « linéaire »
Lorsque l’animation « agressive » en twitching ne provoque pas l’attaque des poissons, j’utilise l’animation la plus simpliste qu’il soit en matière de pêche au leurre, le linéaire ! Le linéaire qui est en réalité une absence d’animation puisqu’il consiste simplement à récupérer la ligne avec le moulinet.
Lors du tumulte des chasses, certaines proies se retrouvent isolées du ou des bancs et ne bénéficient plus de la protection toute relative de celui-ci. On observe alors des poissons seuls ou en tout petit banc de quelques individus tenter de fuir juste sous la surface avec une nage erratique bien particulière… C’est cette situation que vient reproduire un surger ramené en linéaire. En effet, il va effectuer un « S » qui va fortement se rapprocher de cette nage et ainsi capter l’attention des prédateurs.
Canne basse le leurre va plutôt évoluer sous la surface. A privilégier lorsqu’il y a beaucoup de vent pour éviter d’avoir une bannière trop importante et ainsi rester en contact avec le leurre.

Canne haute, le surger va évoluer en sub-surface et venir « flapper » légèrement ou créer un sillon à la surface de l’eau. Cette dernière est particulièrement efficace, notamment par mer d’huile et lorsque les poissons semblent marsouiner en surface (c’est bien souvent la seule manière de déclencher une attaque). Un point positif de cette animation est également de soustraire tout ou partie de la tresse et du bas de ligne de l’eau ce qui augmente considérablement la discrétion de la présentation.
Des proies faciles que nos amis ne manquent pas de saisir… !


Conseil d’armement : Pour un maximum d’efficacité et une nage améliorée, je conseille fortement l’utilisation d’un hameçon simple. Il aura pour avantage d’être beaucoup plus discret et de moins brider le leurre, favorisant ainsi la nage en S.


Le rolling
Elle a pour but d’utiliser de manière optimale une des particularités de ce leurre qui est le « rolling ». Le « rolling » est le fait que le leurre va osciller flanc sur flanc lors de la descente.
Lorsque je souhaite utiliser cette particularité, je me positionne canne haute pour contrôler la descente du surger (Attention, sans le brider !). Pour une efficacité optimale, il faut tenter de soustraire au maximum l’effet de portance de la tresse en accompagnant la descente du surger. Cette animation, un peu plus technique est d’une efficacité redoutable sur les fins de chasse (lorsque les poissons n’éclatent plus en surface mais qu’on perçoit encore les remous). En effet, la descente en rolling du surger va imiter un poisson fourrage tué lors de la chasse et qui sombre doucement dans les abysses.
La difficulté de cette animation réside selon moi dans la perception de la touche et le ferrage. En effet, la tresse étant « relâchée » pour permettre une descente non contrainte, il faut être très concentré à la fois sur la perception de la touche dans la canne mais également visuellement avec la tresse. La touche pouvant être matérialisée par une petite tirée sur la tresse, un relâchement ou plus franchement par une sensation de lourdeur.
Au moindre doute, il faut sanctionner d’un ferrage puissant et très ample. Les ratés sont fréquents mais cette sensation de touche est vraiment particulière et très intéressante.

Conseil d’armement : Dans ce cas de figure, je préconise également l’utilisation de simple. Evitez également de surarmer en taille le leurre pour ajouter le moins de poids possible sur l’arrière, ce qui aurait pour conséquence de déséquilibrer le leurre et de le faire couler par l’arrière sans le phénomène de Rolling.

Je vous conseille également pour cette dernière technique d’utiliser des tresses de couleur, comme la GosenW multicolor, qui permettent d’avoir une excellente perception visuelle de la ligne, des touches et de la profondeur de pêche.

A bientôt,
Benjamin Jacquot

28/04/2017

Séjour en terre Irlandaise

Par Batiste Monnet


Après 1h30 de route depuis Dublin nous arrivons en fin de journée dans le Nord de la république d’Irlande à l’International Fishing Centre, situé à Belturbet sur le bord de la paisible rivière Erne. C’est le point de départ d’une gigantesque zone de pêche, alternance de bras, îles et lacs, et qui se termine au Nord dans le Lough Erne. Un paradis pour le brochet.
  Une fois le petit déj’ terminé, qui est servi tous les matins à 6h30 précise, rapide briefing avec Patrice qui nous explique que la pêche est plutôt difficile en ce moment. Les plus jolis sujets se touchent aux alentours des 5m, et il nous donne 2/3 bons coins situés au Nord. Mais nous préférons faire « la grande boucle », histoire de nous mettre dans le bain et découvrir tranquillement la partie Sud de la rivière.

La profondeur moyenne du chenal de navigation est d’environ 2m. On scrute le sondeur, et sur la première fosse intéressante croisée, on essaye plusieurs leurres mais aucune touche. On décide de parcourir un petit lac peu profond en dérive, mais rien là non plus. Les premiers brochets arrivent en fin de matinée sur des Busters Jerk en peignant les bordures peu profondes, mais ils sont peu nombreux et de petite taille. Après la pause casse-croûte Tibo arrive malgré le froid à faire un petit bec au stickbait, toujours sur une bordure. Puis nous arrivons sur une nouvelle fosse qui contient une belle quantité de poissons fourrage avec de beaux échos autour … Après plusieurs touches loupées, je monte au bateau un poisson sur un Bandit Shad. Plus tard d’autres seront faits à l’aide d’un Chatterbait Fish Arrow accompagné d’un Piglet Shad monté sur le texan,  en peignant une longue bordure de branchages et de roseaux. Mais encore une fois ce sera de petits sujets. « La grande boucle » se termine et nous arrivons sur une nouvelle fosse intéressante, qui semble être surveillée par une jolie tour de garde et un intimidant château en ruine. Le cadre est superbe et un joli brochet pris sur un Pig Shad vient conclure notre première journée de pêche.

Les bordures et les faibles profondeurs ne rapportant que très peu de poissons et qui plus est de taille modeste, pour cette 2ème journée nous allons insister autour des fosses. A l’aide du sondeur nous y trouvons quasiment à chaque fois du poisson fourrage, les brochets ne devant pas être très loin …  Nous allons directement vers la tour qui a rapporté un joli bec la veille, mais aucune touche. Nous faisons une grande dérive sur un lac, en partant de la rive qui est une frayère jusqu’à la rive opposée alternant Busters Jerk et Pig Shad, mais rien là aussi. Nous retournons sur le cour de la rivière et continuons à descendre vers le Nord, et arrivons sur un étranglement suivi d’une fosse. Le vent est assez soutenu, comme d’ailleurs presque tous les jours de notre séjour, et par chance il est quasiment dans l’axe de la rivière ce qui nous permet de remonter le léger courant de celle-ci. 6/7m d’eau sous le bateau et Tibo rentre un bec au Pig Shad. La dérive continue et une fois la fosse passée le fond remonte sur un très grand plateau de 2m de profondeur. Nous le peignons au Busters Jerk et les brochets rentrent. On répétera plusieurs fois cette dérive qui nous rapportera à chaque fois des poissons. L’après-midi nous descendons encore la rivière, et arrivons sur une nouvelle fosse pas très large mais très longue. 7m d’eau et environ 4m d’épaisseur de poissons avec de beaux échos autour. Un joli bec rentre en grattant lentement le fond de la fosse au Bandit Shad.

Pour se détendre le bras, car lancer des leurres de 70-100grs n’est pas de tout repos, on passe de temps en temps à des leurres plus « light » et tibo rentre un joli brochet sur un Paddletail 6’.

En fin de dérive le fond repasse à 2m, le Busters Jerk prend le relais et rapporte encore quelques poissons pour terminer la journée.
 
Pour ce 3ème jour de pêche, après avoir discuté avec d’autres pêcheurs du camp au petit déj’, on décide de monter encore plus au Nord. Après 20mn de navigation nous arrivons à un pont, et les premières touchent arrivent dès les premiers lancés. Un brochet rentre sur le Pig Shad Junior mais un joli se décrochera sur le Pig Shad. Après 20mn nous changeons de poste, car nous avons remarqué que les poissons mordent assez rapidement dès les premiers passages des leurres. Mieux vaut battre du terrain, surtout que la zone de pêche est immense … En fin de matinée un joli bec rentrera sur le Busters Jerk perche en peignant la bordure d’une nouvelle fosse.

 Après la pause casse-croûte nous retournons au pont, et au 1er lancé un brochet prend le Pig Shad.

 Malgré quelques autres poissons touchés au Busters Jerk l’après-midi sera très calme …
 
  Comme la veille et ce jusqu’à la fin de notre séjour, nous commencerons la journée par le pont, qui il faut le dire est un très bon poste. Premiers lancers et 2 brochets montent sur le bateau, un sur le Pig Jr et l’autre sur un Wolftail. Les animations très lentes en linéaire rapportant d’avantage de poissons, nous insisterons dorénavant plus avec ce genre de leurre tout en alternant de temps en temps au Busters Jerk. Malgré ces 2 poissons d’entrée de jeu, nous aurons beau peigner le poste et changer de zone plusieurs fois, mis à part un petit bec sur le Pig Jr ce sera le calme plat toute la matinée ( en ce qui concerne les touches, mais pas du tout la surface de l’eau ! … ). L’après-midi nous ferons une grande dérive sur un plateau qui rapportera 2 petits brochets toujours sur le Pig Jr et le Wolftail. Puis nous arrivons sur une nouvelle fosse, et 3 jolis becs rentrent en 10mn sur le Guppie !

 Nouveauté 2017, après plusieurs jours d’essais nous comprenons où l’utiliser et comment l’animer. Il va devenir un incontournable, à ranger à côté du Pig Shad et du Busters Jerk … Sur le chemin du retour, on peigne la zone de l’étranglement et Tibo rentre un beau poisson au Pig Jr après un superbe combat sur la Dragonbait NX4 Medium Versatile.


Le Wolftail nous rapportera le dernier de la journée.
  Dès les premiers lancers 2 poissons sont montés au bateau à l’aide du Wolftail, en le ramenant très lentement les brochets n’y résiste pas sur ce poste ! Le Pig Shad au contraire pour une fois ne rapporte rien. Tibo passe alors au Guppie et au premier lancer un joli bec ! 
 2ème lancer BOUM un superbe brochet bien gras !! 
Plusieurs autres poissons seront touchés en dérives sur différentes zones, en alternant suivant la profondeur Busters Jerk, Pig Shad et Guppie, les brochets étant la plupart du temps dans les 3-5m. Après le festival du matin l’après-midi sera en revanche beaucoup plus calme malheureusement, mais un joli bec au Pig Shad viendra clôturer cette superbe journée.
 Dernier jour de pêche, nous embarquons plus tôt et à 7h nous sommes sur l’eau. Mais ce matin-là, curieusement, le pont ne donnera rien. Les premiers poissons répondent sur  le Guppie et encore une fois le Pig Shad Junior rose. Il fallait absolument avoir ce leurre dans cette couleur ! Nous avons fait la comparaison pendant 1/2h en pêchant simultanément Tibo au rose et moi au goldie, le résultat a été flagrant ! 
 Nous peignons les zones qui nous ont rapporté le plus de brochets les jours précédant, et les leurres qui ont fait leur preuve durant ce séjour font le job. Et Tibo conclut cette matinée de pêche sur un très joli poisson au Busters Jerk, sur une pente de fin de fosse. 
L’après-midi sera très calme, le vent est tombé et les touches aussi … Après avoir rendu le bateau en fin de journée, je loupe un très beau bec devant les pontons du camp sur un Pig Jr en Texan 10/0 au premier passage du leurre. J’aurais beau insister il ne remontera pas une 2ème fois, il aurait peut-être été piqué si j’avais utilisé du départ le montage shallow et ses 2 triples, mais ça je ne le saurai jamais …
  Pour ce séjour nous avons utilisé 2 cannes : la Dragonbait NX4 Big Jerk Travel et la Dragonbait NX4 Medium Versatile.
La première est une canne puissante qui lance sans problème un Guppie de 120grs. Très polyvalente, elle peut aussi bien jerker un Busters Jerk, que ramener en linéaire un Pig Shad ou gratter lentement sur le fond avec un Bandit Shad. Doté d’une grosse réserve de puissance elle vient à bout d’un beau poisson sans problème.
La deuxième est une canne fine, légère et tactile. Au départ était prévue pour pêcher avec des shads de 5’ à 6’ et au Chatterbait, mais qui en fait s’est avéré parfaite pour pêcher avec le Pig Shad Junior sur le montage shallow. Doté d’une bonne réserve de puissance elle aussi, c’est un régal de combattre un joli poisson avec. L’avantage de ces cannes, c’est qu’elles sont en 3 brins et qu’elles rentrent dans une valise. Avantage non négligeable quand l’on voit le tarif de certaines compagnies aériennes sur les tubes à cannes … 
leurres qui ont rapporté le plus de poissons
La pêche a été difficile mais nous avons su tirer notre épingle du jeu en étant patients et méthodiques. Environ 80 brochets parmi lesquels de très beaux sujets seront venus nous rendre visite. Un bonheur de pêcher ce biotope si paisible et poissonneux. Un grand merci à l’équipe de l’International Fishing Centre pour son accueil, son hébergement, et la qualité du matériel mis à disposition : bateau de 5m stable et spacieux, moteur de 25cv avec démarreur et trim électrique, sondeur Hélix 5 et Terrova I-Pilot. Quel plaisir de pêcher avec du matériel performant. Un séjour au top, une adresse que l’on vous recommande !


A bientôt,

24/04/2017

Présentation de FORZINI Frédéric

Par FORZINI Frédéric


Natif du Gard, je suis passionné de pêche depuis aussi longtemps que je puisse m’en rappeler.
Toutes les  techniques m’intéressent, mais n’étant pas très patient c’est bien évidemment  les  pêches les plus actives (leurre et mouche) que je pratique le plus.



Ma passion pour la pêche, ainsi que la dégradation des cours d’eau m’ont conduit à m’impliquer dans la protection des milieux aquatiques.

Je suis président de l’AAPPMA de Saint Afrique, dans le sud Aveyron depuis 2009.
J’œuvre pour que nous laissions aux générations futures des cours d’eau dans le meilleur état possible en essayant de ne pas renouveler les erreurs du passé et en prélevant le moins possible.

Notre passion se pratique, souvent sur des terrains privés, il faut se conduire en pêcheur responsable, respectueux de l’environnement et des propriétaires riverains. Bien trop  souvent, des zones de pêche deviennent interdites à cause de la mauvaise conduite de certains.

La formation des générations futures est donc une priorité.

Tous les poissons m’intéressent, mais plus particulièrement les carnassiers d’eau douce et de mer.
Je pratique le plus souvent à la mouche et aux leurres pour la truite mais je n’hésites pas à passer aux appâts naturels si c’est nécessaire.


Pour moi, la meilleure technique reste la plus efficace en termes de prises, même si bien évidemment il est beaucoup plus agréable de piquer une belle zébrée en sèche qu’au toc.

En mer c’est la même chose, je pêche un grand nombre d’espèces (céphalopodes, loup, liche, thon….) et une fois de plus je privilégie la pêche aux leurres mais parfois aussi au broumé quand les thons ne chassent pas.



Quand je pêche, je me donne à fond et cherche toujours à progresser.
 Je suis ravi de faire partie de l’équipe SMITH qui pour moi est une marque de matériel de grande qualité mais qui correspond également aux valeurs que je défends.


FORZINI Frédéric

29/03/2017

Pêche au leurre des sparidés en méditerranée



Par Jean-Christophe BROUET

Durant la trêve de la pêche du Loup on peut compter sur les sparidés pour continuer à nous amuser au bord de l’eau l'hiver en méditerranée. Cette année les conditions climatiques et la température de l’eau dans mon secteur de la méditerranée étant particulièrement perturbées par rapport à une année normal cette pêche s’est décalé de quelques mois vers l’hiver.
 


C’est toujours armé de ma fidèle Dancing Bream 78 JY  (3-15gr) que je pars arpenter les trottoirs côtiers pour débusquer mes compagnons de jeux. Comme dans la plupart des pêches les conditions météorologiques sont prépondérantes et conditionnent  en partie la réussite de cette recherche.

Comme la pêche de la Truite c’est une pêche de postes, qu’il faut rechercher suivant la direction du vent et des vagues ceux-ci peuvent changer mais les conditions favorables sont souvent synonymes d’écume et de brassage des roches par les vagues qui chahutent les petits poissons que les Sparidés viennent, dans ces conditions, chasser tout comme le Loup.


Cette année les conditions sont un peu extrêmes et la pêche un peu plus compliqué, il m’a fallu prospecter d’autres spots un peu plus abrités pour pêcher correctement.



J’ai donc jonglé avec des spots très peu profond à l’abri des éléments déchainés avec les AKM 48
Qui prospectent idéalement ce type de fonds et des spots plus exposés et plus profonds à l’aide du Wavy 65 et du D-Contact 63 qui tiennent très bien ces conditions de courant et de vagues puissantes.



Cette pêche permet souvent de toucher de belles  pièces de sparidés qui vous procurent de belles sensations en combat sur ce matériel léger mais néanmoins puissant !


La remise à l’eau est également un bon moment permettant une petite photo et de pouvoir préserver la ressource de nos pêches future.

Jean Christophe BROUET

28/02/2017

Ouverture truite 2017 : J-11 !


Par Laurent Renard
AR-FS Minnow, une valeur sûre que ce soit en ruisseau ou en rivières !
 L'an passé, il m'est arrivé une chose qui ne s'était pas produite depuis 35 ans que je pêche la truite : je n'ai pas pu faire l'ouverture ! En effet, des obligations professionnelles m'ont tenu éloigné des rivières ce jour-là. Mais je compte bien me rattraper cette année ! Ce sera le 11 mars.
Si, si, elle existe bien !
Ce jour d''ouverture est toujours particulier dans la vie d'un pêcheur de truites. Certains le fuient comme la peste préférant attendre quelques jours avant de s'aventurer au bord de l'eau n'aimant pas pêcher au milieu de la foule. D'autres comme moi, ne le rateraient pour rien au monde, tout en sachant que ce jour-là peut être décevant quant aux résultats obtenus.

Le D-Incite est un leurre très polyvalent.
Le tout est de mettre toutes les chances de son côté, et de planifier un tant soit peu sa journée de pêche en fonction des débits des cours d'eau, de la météo, et de la fréquentation habituelle des lieux de pêche (quand on connait un peu sa région).

En fin de crue, les poissons ont parfois des robes très claires sur les rivières calcaires.
J'ai pour habitude de passer ce week-end d'ouverture au pied des Cévennes personnellement où je retrouve avec grand plaisir les rivières de ma jeunesse. Et ce sera donc le cas cette année.



La journée devrait être rythmée ainsi si les conditions d'eau ne changent pas d'ici là : pêche en ruisseau et petite rivière le matin aux leurres, et ensuite en grande rivière,  pêche à la mouche en début d'après-midi puis aux leurres à nouveau pour clore la journée.

D-Contact 72
 
En ruisseau, je privilégie de petits leurres comme le Jade, le Luna, le D-Compact, le D-Incite 44, le D-Contact 50 ou encore le D-Concept 48 que je manie avec ma Smith Interboron.

Luna 47 : un très bon leurre pour pêcher les ruisseaux.


D-Concept 48 MD : pour pêcher creux et prospecter plus lentement un poste.
En petite rivière, D-Contact 50 et 63, D-Incite 53, AR-FS Minnow, et Pure nacre sont mes armes préférées et j'utilise de préférence la Dragonbait Trout 2-8 g.
Beau bécard sur D-Incite 53
Pour les grandes rivière, j'utilise les D-Contact 72 et 85 (j'attends beaucoup du nouveau coloris WH en 72 cette année !), Cherry Blood LLS 70 et 90 (pour les zones lentes), Cherry Blood Deep 70 et MD 90 sur les radiers profonds. Ma canne de prédilection est dans ce cas la Dragonbait Trout 8'3 en 4 brins que je trouve particulièrement adaptée à cette pêche. C'est d'ailleurs le modèle que j'utilise le plus que ce soit en grandes rivières ou en rivières moyennes !

En grande rivière, il ne faut pas hésiter à utiliser de gros leurres : ici D-Contact 85.

Je vous souhaite à tous une bonne ouverture 2017 et une excellente saison de pêche !


Si vous souhaitez plus d'informations sur l'utilisation concrète des leurres cités, je vous conseille ce lien :